En savoir plus sur la thérapie de l'âme

Principe de la méthode

Les blocages inscrits au plus profond de nous et oubliés - souvent pour fuir la souffrance qu'ils engendreraient s'ils étaient conscients ! - continuent de nous perturber inconsciemment. Notre soumission aux manipulations extérieures, qu'elles soient sociales, familiales ou religieuses, notre refus de suivre notre véritable voie personnelle, nos blessures face à l'incompréhension et au rejet des autres sont autant de causes de tensions. Tôt ou tard, celles-ci finissent par se manifester dans notre corps sous forme de dysfonctionnements physiques ou psychologiques. Dépressions, fatigues, douleurs articulaires et maladies diverses, autant de messages de notre être intérieur pour nous inciter à harmoniser en nous les forces du Yin et Yang, à nous rééquilibrer, à nous régénérer en puisant à même les énergies de l'univers.

 

A cet égard, les premières années de notre existence revêtent une importance capitale.

Dès l'instant même de notre conception, nous sommes confrontés à la peur, à commencer par celle de naître. Les milieux parental et social se chargent ensuite de renforcer ce sentiment tout au long de notre éducation en répétant les mises en garde contre tous les dangers de la vie et de l'inconnu. De là notre manque de confiance, nos réticences à changer.

 

Ma pratique

Je ne suis, en réalité, qu'un intermédiaire entre la personne et sa source, un interprète de son être intérieur. Chacun est seul créateur de sa vie. Les événements qui jalonnent notre existence résultent de notre propre comportement face à elle, de notre acceptation ou de notre refus d'en réaliser le but véritable. Toutefois, lorsque les blocages ont par trop obscurci notre compréhension de nous-même, il peut s'avérer utile de faire appel à une personne extérieure qui, par sa faculté extrasensorielle, est à même de percevoir où ils se situent.

 

Certes l'identification de nos problèmes ne suffit pas à les résoudre. Mais nous sommes désormais capables de les regarder en face, de les accepter comme faisant partie intégrante de notre choix d'évolution et, peu à peu, de les dissoudre et de libérer notre véritable énergie. Ce faisant nous libérons aussi notre corps des tensions et des peurs à l'origine de nos maladies et malaises.

 

Francine m'a enseignée le respect du rythme et des croyances de l'autre. Certes, on s'adresse à moi dans le but de trouver des solutions à des problèmes, à des blocages profonds dont on ressent confusément la présence, sans toutefois être à même de les identifier. Mais il n'en reste pas moins important de laisser l'autre entreprendre sa démarche à son gré, quand il se sent prêt à le faire. Ma qualité de thérapeute ne m'autorise pas à outre passer les droits que me donnent mon client, ni à l'obliger à accepter mon aide, encore moins à l'aider à son insu. A mes yeux, exercer une action thérapeutique - fût-elle d'ordre subtil ou énergétique – sur une personne qui n'en a pas manifesté le désir ou à son corps défendant équivaut à une forme de viol au niveau de son âme.

 

Depuis plusieurs années, à travers études et recherches et, surtout, grâce au contact de mes clients, j'ai affiné mes connaissances. J’ai surtout élargi mon champ de conscience. Dès l'instant où j'ai accepté mon rôle, ma perception des autres est devenue de plus en plus claire, précise et empathique. Répondant à une loi purement holistique, l'action des soins sur le corps physique touchait aussi, sinon davantage, à la partie subtile de l'être, a son âme.

 

Notre vie est à ce point assujettie au mouvement incessant de nos obligations que nous en avons perdu le sens. Se donner le droit d'être avec soi-même, de ressentir ce qui se passe en nous, semble être un luxe. Or quelques minutes suffisent pour rencontrer, chaque jour, notre ami le plus précieux : nous-même. Pour nous mettre à l'écoute des messages qu'il nous transmet à travers nos émotions ou les tensions de notre corps. Pour ne plus passer à côté de sa vie mais en prendre pleine conscience, en être le seul maître.

 

Chacun est le créateur de sa réalité. Même si sa démarche est différente, l'autre existe à part entière ; il a droit à notre total respect, toujours. C'est dans cet esprit transmis par Francine que j'ai le privilège de travailler chaque jour, dans l'amour et la tolérance.